mardi 5 mai 2009

Chômeur mon œil !


A l’époque, certains auteurs tunisiens s’émancipaient bien à l’étranger parce qu’ils écrivaient sur des journaux à tire larigot sans avoir à connaitre les reproches ni des droits de réponse, sans avoir à voir les commentaires des uns, des autres… mais depuis l’avènement de l’internet, les cartes se sont retournées. Devenus accessibles, les auteurs sont désormais facilement mis à nu par des lecteurs de la toile, du moment que l’accès à la toile est un jeu d’enfant ; tapez seulement le nom de l’auteur sur un moteur de recherche vous verrez voir apparaitre ses œuvres en un clin d’œil. Ce sera alors normal que des lecteurs réagissent et nul sur internet ne peut contenir les émotions. Le lecteur se payera une proie facile de l’humeur du moment sur un auteur ayant concédé une zone en bas de son texte, libre aux commentaires. Le rêve.
C’est ce qui arrive avec l’illustre Tawfik Ben Brick zoghlami qui a concocté une nouvelle fois sa tribune fumeuse et empoisonnée sur la toile. On la marquera volontiers sur nos anales. Il s’agit d’une publication, oui, comme à son accoutumée, sur le site du nouvel Obs. intitulée : « Un Mexicain de Tunis ». Ah ah ah. De manière sommaire, voici ce qu'elle dit: il s’est positionné, en victime et voulu exprimer dans son texte qu’il serait atteint d’une pseudo grippe A mais insista beaucoup plus , sur une supercherie qui l’avait retenue à l’aéroport Tunis Carthage. Ce jour là, le 3 Mai dernier Doha se résuma pour lui à faire retour arrière en taxi vers sa demeure à El Manar. Victime ? C’est cela oui. Cependant, en finissant de lire sa tribune, un averti aura très bien compris la supercherie de TBBZ. En finissant ses propos, sournois, il a voulu glisser qu’il était au chômage. Ah ah ah, et voici la conclusion de son texte :
«…ils m'ont empêché de partir, parce qu'ils savaient que j'avais d'autres visées en tête que de célébrer la liberté d'expression. Au diable la liberté, puisque j'ai l'expression. L'expression à la vie, à la mort. Je comptais passer à El Jazira et surtout dénicher une planque. Depuis dix ans, l'âge des chiens, fils de chiens, je suis au chômage. Sur la paille. Pas de salaire. Ils ont déjoué mes plans. Il fallait être plus discret à l'avenir. L'avenir, je m'en tape… ».
Voilà, venons en au déchiffrage. Mon œil s’il est au chômage! Ce texte ne passera pas comme il l’a voulu !!, non, il nous a assez leurré. Ce texte sent la fumerie, l’auteur conclue par ses 10 années de misères pour attirer la sympathie du lecteur. C’est une très vieille technique. Il aurait mieux fait de nous dire comment il a tout dépensé, et ce qu’il a ramassé, à l’époque ou Chirac était président de la république Française au cours d’une basse mission fort bien juteuse que de pleurnicher sur le site du nouvel Obs. Il y a maintenant 10 ans justement cette action lui avait permis de se graisser en se payant une villa cossue à El Manar pour 300 mille Dinars (170 mille euro), cependant a t-il oublié de calculer que pour l’entretenir il lui fallait des entrées régulières ? Non, ce ne sont pas dans les habitudes d’une famille de mineurs que de travailler tous les jours ni même des habitudes de ce pauv’ pigiste au journal La Presse que d’aller tôt le matin au boulot. Rien à mettre sous la dent, aujourd’hui cette maison lui coute toujours énormément de charges, même le salaire de la boniche s’en trouve touché. Il lui a fallut donc réfléchir à une nouvelle entremise, une basse besogne à sa hauteur. Crise financière oblige, il repart à la reconquête des nouveaux marchés, là ou il y a de l’argent à pomper. Coté orient, pourquoi pas. En prenant compte, et c’est important, qu’il lui faut un compagnon. C’est le nouvel Obs,Tiens encore ce canard, qui est adopté. N’est –il pas bizarre que le nouvel Obs, lui offre toujours autant d’espace ? Pour s’expliquer, au plus peut être est-il entré dans son capital? au moins que c'est sa popularité qui soit la seule réponse à cette question, ce qui m’étonnera indéniablement. Toujours est-il cette association reste suspicieuse. Il mit donc son stratagème en place et saisit la première occasion à sa portée, il parvint à se faire inviter sur l’antenne d’Al Jazira, plus tard, sa vision portera plus loin . Pourquoi ne pas se payer une famille royale ? Après 10 années de vaches maigres, un émir ou même le roi seraient un trophé de choix. 3 Mai, le jour J. Destination : Doha. Ordre du jour: Un passage sur La liberté d’expression, en prime time. Alors là, chapeau! C’est un coup de maitre. On connait la suite. Ce sera bien évidement le même discours, libertés bafouées, maltraité…etc La suite des événements seraient telles qu’il ira voir à coup sur le roi. Oui, le roi en personne, qui ne l’acceptera pas, parce que les caisses sont vides, la crise a touché aussi les pays du golf tout simplement. Fou furieux, il ira sur les lieux sains ! Seul en transe avec Dieu il réclamera à Dieu le salaire de la boniche, mais c’est là qu’il apprendra que Dieu ne donne pas d’argent, Ah ah ah TBBZ de la « source » à la Mecque, on aura tout vu !! Grace à dieu TBBZ est resté parmi nous dans sa terre natale. Ils lui ont déjoué ses plans, il a bien fait de le dire.
Nedhir AZOUZ