mercredi 9 avril 2008

« AHAYA » Le dernier coup de grace de Tunisie Telecom

Comme si imposer le nouveau contrat à tous ses partenaires fournisseurs de services SMS MMS WAP…n’a pas suffit, la société Tunisie Telecom n’a pas fini de nous montrer ses poings, que voila, elle porte une nouvelle casquette en lançant ses propres services à valeur ajoutée. « Ahaya » c’est la nouvelle trouvaille de Tunisie Telecom qui devient ainsi un fournisseur de service à valeur ajoutée à part entière et entre en convention non plus avec des sociétés de service mais avec des artistes, des journalistes, la méteo… et même, pour l’horoscope avec des voyants et voyantes, les fameuses « degguezza » que notre ministre des technologies de l’information a justement tenu pour responsable pour leur diffusion de contenus jugés indésirables. A l’époque, les réprimandes du Ministère avaient obligé certains fournisseurs de services conventionnés avec Tunisie Telecom à garantir un « contenu de qualité », mais cela n’avait apparemment pas suffit que voila c’est Tunisie Telecom qui lance ses propres services.

Si l’on revient aux faits, en 2005 Tunisie Telecom a signé un contrat avec les sociétés de service à valeur ajoutée pour lancer en Tunisie des services basés sur les messageries courtes SMS donnant accès à leurs abonnés à voter pour la Star Ac, avoir des info sportives sur le mobile, recevoir la météo, connaître son horoscope du jour… pour une durée de 5 années. Or, après 2 années d’activités et connaissant très bien le volume du trafic enregistré sur sa plateforme, Tunisie Telecom l’a rompu. La raison déclarée officiellement est de rectifier le tir sur la répartition des chiffres d’affaires jugée inéquitable selon la direction générale, et qui nécessitera d’imposer un nouveau contrat avec des termes « fifty-fifty », voire 60/40 dans certains cas, bénéficiant ainsi d’un vide juridique du code des télécommunications. Pire encore, Tunisie Telecom bloquera toutes les factures des sociétés qui n’ont pas obtempérés! Cependant, le code Tunisien des Télécommunications ne voit pas les choses de cet œil, en ce qui concerne la chaîne des valeurs, il ne considère que deux protagonistes: un opérateur de Téléphonie et un fournisseur de services. C’est ainsi qu'en vertue de ce code, l’opérateur Tunisie Telecom n’est que transporteur de l’information (à raison de 60 millimes le coût du SMS) et la société fournisseur de services est la propriétaire de l’information seule responsable de sa fabrication et sa commercialisation. Devant cet état de fait, une poignée de sociétés ont déclenché une série de réunions avec les autorités compétentes à savoir le ministère des technologies de l’information. Le ministre avait accepté des audiences avec tous les protagonistes ainsi qu’avec le président de la chambre syndicale des sociétés de service à valeur ajoutée opérant sous couvert de l’UTICA et depuis, on peut relever que certains de ceux présents ont rendu l’âme et que d’autres surendettés ont été obligé de se trouver une nouvelle activité... Importe soit peu, Tunisie Telecom est une entreprise en partie privée, et doit être rentable, et c’est en lançant le service « ahaya » qu’elle tire d’une pierre deux coups en lançant la première sur le manque à gagner de la vente du reste de ses actions en s’appropriant des recettes qui n’étaient jusque là pas à sa portées, et en lançant une deuxième sur son directeur central des affaires commerciales et marketing le canadien Robert Lee par un jeune cadre Tunisien bon marché Monsieur Nizar Yaiche.
Nedhir Azouz